Let's make money
J'ai assisté hier soir à la projection en public du film documentaire Let's make money de Erwin Wagenhofer, projection organisée par le groupe Europe Ecologie à l'occasion de la campagne pour les élections Européennes 2009[1].

C'est un très bon documentaire, bien ficelé, et que je vous invite à regarder si vous en avez l'occasion. Rien de très nouveau dans ce film si vous avez déjà vu Bamako - Le procès de la dette par exemple, ou si vous avez déjà ouvert un des nombreux indispensables livres de Noam Chomsky. Si ce n'est pas le cas, je vais essayer de vous résumer les différents thèmes du film :

Cela va d'un dirigeant du Burkina Faso, qui nous explique comment le protectionnisme pratiqué par les pays développés, européens ou nord-américain, qui subventionnent largement leurs agricultures, empêche son pays de se développer en abaissant le prix de vente du coton.

Comment les politiques libérales du FMI et de la banque mondiale favorisent le pillage des pays émergeant en les obligeant à ouvrir leur économie au reste du monde, à privatiser leurs services publics et à se concentrer sur les productions exportables plutôt que sur les denrées alimentaires nécessaires à ces pays. Un excellent témoignage à ce propos de John Perkins, nord-américain, "former economic hitman".

Comment la recherche du profit immédiat est incompatible avec une prise en compte des conséquences sur la durée, que ce soit au niveau social ou environnemental. L'exemple de l'industrie immobilière espagnole fait d'ailleurs froid dans le dos, de même que les discussions entre dirigeants sur l'éventualité de quitter l'Inde et de laisser des millions de personnes sans emploi car le coût des salaires y augmente trop vite.

Le documentaire démontre également, bien que très rapidement, le fonctionnement des paradis financiers et pourquoi leur existence ne profite qu'aux plus riches en nuisant à la majorité.


Il n'y a pas de réelle conclusion à ce film, bien qu'à mon sens le message soit le suivant : Ce monde est le notre, et si nous continuons de la même façon, si nous laissons faire comme nous l'avons fait jusqu'à présent, ce que nous allons laisser aux générations futures est une terre dévastée, dépouillée de toutes les ressources que nous aurons pu exploiter, et où l'individualisme forcené en aura réduit un individu à sa valeur marchande. J'emprunte pour l'occasion le titre d'un des livres d'Eva Joly, Est-ce dans ce monde là que nous voulons vivre ?.

[1] Message subliminal : VOTEZ !
remi
Le 24/05/2009 à 20:05:00
LOPPSI 2

La LOPPSI 2 selon les informations du Monde :

http://www.lemonde.fr/technologies/article/2009/05/18/apres-la-dadvsi-et-hadopi-bientot-la-loppsi-2_1187141_651865.html

Encore pire que ce que je pensais..

Allez, passages choisis :


Techniquement, le dispositif [Cheval de Troie] pourra être mis en place à toute heure, soit en s'introduisant dans tout lieu physique (avec mise en place d'une "clé de connexion" dans l'ordinateur à surveiller), soit par "transmission par un réseau de communications électroniques", en s'infiltrant à distance dans la machine à surveiller.



Mais pour ce faire, ce "super-fichier" contiendra de nombreuses données liées à la vie du citoyen avec tous les dangers de dérives possibles : numéros de cartes grises, de permis de conduire, de puces de téléphones portables (IMEI), factures diverses, etc.



Ce qui inquiète notamment les fournisseurs d'accès à Internet, qui pourraient se retrouver contraints de filtrer une partie du Web sur demande du gouvernement.


Le dernier point est déjà en cours chez vos fournisseurs d'accès.

Votez. Ou quittez le pays. Ou les deux.


remi
Le 18/05/2009 à 23:09:46
BitTorrent : détection et trackers privés
Tout en rebondissant sur l'actualité hadopi, je vais en profiter pour continuer ma série de post sur BitTorrent.

Je me suis souvent demandé si l'utilisation de tracker privés, restreint aux seuls utilisateurs inscrits, nous place à l'abri d'une détection par les différents organismes chargés de traquer les méchants téléchargeurs qui coûtent plus cher aux industries du film et du disques qu'elles n'ont jamais gagné. La question peut sembler légitime, après tout même si la majorité des trackers en questions ne demande pas d'invitation pour s'inscrire, il est obligatoire d'avoir uploadé un nombre d'octets minimum avant de pouvoir télécharger, et il semblerait assez malvenu de la part d'une société aux services des ayant-droits de mettre à disposition des contenus protégés.

Pour approfondir la question, j'ai tout simplement été la poser à un transfuge, ancien employé d'une des sociétés françaises précédemment mentionnées, dont je tairais le nom pour éviter de le jeter en pature à l'opprobre, l'exécration publique. La réponse est tout aussi simple : les trackers privés sont aussi exposés que les autres, à l'exception de ceux qui fonctionnent en cercle vraiment fermé, qui sont au final quasiment inexistant (plus le nombre d'utilisateurs est restreint, plus l'intérêt pour le tracker est faible.

Mais alors, comment font ces fameuses sociétés pour obtenir des crédits de download ? Nous avons vu dans un post précédent qu'il est possible d'obtenir une liste d'ips d'un tracker sans avoir à télécharger quoi que ce soit, mais il est nécessaire de pouvoir downloader pour confirmer la validité d'une ip, ce que se doit de faire toute société scrupuleuse (et on m'assure qu'il en existe). Par ailleurs l'extension du protocole permettant la gestion des trackers privés [1] La solution vient d'une énorme faille dans le protocole BitTorrent : le tracker est informé des données envoyées par un client donné .. par le client lui-même[2]. En gros, il suffit de coder un client BitTorrent qui annonce avoir uploadé énormément de données pour voir votre crédit augmenter tout seul. Sympa non ?

Notons qu'il semblerait que certains trackers utilisent des techniques pour bloquer ce genre de manipulations, mais je n'ai rien vu de probant. D'ailleurs, il suffit au pire d'envoyer aux autres clients des données aléatoires. Ces données seront ensuite vérifiées par le client distant à l'aide d'un calcul d'intégrité et supprimée, mais elles seront quand même comptabilisées.

Moralité de l'histoire : Ne faites confiance à personne. Jamais. Non, même pas à cette personne là.

Allez, un de ces jours je dirais ce que je pense du vote d'hadopi et des conséquences qu'il va avoir sur l'internet que nous connaissons. Et puis si je suis vraiment motivé, peut être de LOPPSI 2, qui s'annonce comme la plus grosse dérive liberticide visant les technologies de l'information - en ce moment même chez vos FAIs. En attendant vous pouvez toujours lire ce qu'il en est dit ici : http://www.jmp.net/index.php/internet/dangers/257-apres-lhadopi-la-loppsi-lan-i-de-linternet-sans-majuscule.

[1] BitTorrrent Private Torrents Extension : http://www.bittorrent.org/beps/bep_0027.html
[2] See BitTorrent Specification : "The total amount uploaded so far, encoded in base ten ascii."
remi
Le 12/05/2009 à 23:34:16
Blackout hadopi
Image

Tout citoyen français se sentant concerné par l'avenir d'internet devrait aller consulter le dossier de la Quadrature du Net disponible à l'adresse suivante : http://www.laquadrature.net/HADOPI

PS: merci à madflo pour le lien.

remi
Le 26/02/2009 à 23:39:43
Hadopi : une boîte noire
Suis-je le seul à être choqué lorsque Christine Albanel nous "rassure" en expliquant qu'un dispositif juridique, la Haute Autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur Internet[1] fonctionnera "un peu comme une boîte noire" ?

Le lien sur le site du journal Le monde : http://www.lemonde.fr/societe/article/2008/10/21/piratage-christine-albanel-se-veut-rassurante-sur-la-confidentialite-des-donnees_1109591_3224.html


[1] Hadopi pour les intimes, ça fait toujours mieux un petit nom pour manipul^W informer l'opinion publique
remi
Le 21/10/2008 à 23:11:10
XHTML 1.1 - CSS 2 - PHP 5 - XML - XSL - MySQL
Valid XHTML 1.1! Page générée en : 0.038s Valid CSS!